Aller au contenu principal
fibre_optique telemedecine

La fibre optique pour une télémédecine sans souci

La télémédecine, quesako ?

On entend de plus en plus parler de télémédecine, mais on ne sait pas toujours ce que c’est. Pire, on peut trouver le concept effrayant. Officiellement, c’est « une forme de pratique médicale à distance utilisant les technologies de l’information et de la communication. » Concrètement, c’est se servir de la technologie pour mettre en relation un patient avec des médecins, pour surveiller l’état de santé d’une personne, pour prescrire des médicaments, pour faire un suivi post-thérapeutique… 

Cette pratique va se démocratiser de plus en plus dans les années à venir et les professionnels de santé sont de plus en plus appelés à s'équiper  en conséquence. Il est vrai que cette technologie porte aussi en elles de beaux projets comme de rendre plus accessible la médecine dans les déserts médicaux ou de faciliter l'accès à la médecine pour tous ceux qui ne peuvent se déplacer.

Qui est concerné ?

Depuis septembre 2018, tous les assurés peuvent bénéficier d’une téléconsultation et tous les médecins peuvent recourir à ce type de consultation quelle que soit leur spécialité et quel que soit leur mode (salarié ou libéral) et leur lieu d’exercice (cabinet de ville, maison de santé, hôpital, clinique…).

Pour être prise en charge par l’assurance maladie, la téléconsultation doit s’inscrire dans le respect du parcours de soins et résulter de l’orientation initiale du médecin traitant.

Afin de garantir un suivi de qualité, le patient doit être connu du médecin traitant ou spécialiste qui réalise la téléconsultation. Le patient doit avoir bénéficié d’au moins une consultation physique au cours des 12 derniers mois précédant la téléconsultation. Dans le cas inverse, sauf exception, la téléconsultation ne sera pas remboursée.

Il est également conseillé au patient d’ouvrir un Dossier Médical Partagé (DMP).

Dans un premier temps et jusqu’à la fin de l’année 2020, la télé-expertise concernera les patients :

  • en ALD (affection longue durée),
  • atteints de maladies rares, par exemple, la mucoviscidose ou l’hémophilie,
  • résidant en zones dites sous denses et dès lors qu’ils n’ont pas de médecin traitant ou rencontrent des difficultés à consulter rapidement,
  • résidant en EHPAD (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) ou dans des établissements médico-sociaux,
  • en prison.

Le patient devra donner son consentement au médecin sollicitant une télé-expertise.

Avenant 6 - La valorisation des nouveaux modes d’organisation et l’usage des outils numériques

L’avenant signé le 29 mars par l’Union nationale des caisses d’assurance maladie (Uncam), la Fédération nationale des infirmiers (FNI) et le Syndicat national des infirmières et des infirmiers libéraux (Sniil), reconnaît le rôle grandissant que jouent ces soignants, notamment dans le cadre du virage ambulatoire. Il encourage l’usage des outils numériques dans la prise en charge des patients.

source ameli.fr

...

À compter du 1er janvier 2020, un acte d’accompagnement du patient à la téléconsultation sera créé, en lien avec le médecin, valorisé différemment selon que l’acte est réalisé lors d’un soin infirmier déjà prévu (acte à 10 €), ou organisé de manière spécifique à domicile (acte à 15 €) ou dans un lieu dédié aux téléconsultations (acte à 12 €) (sous réserve de la parution de la décision Uncam actant ces nouvelles valorisations ).

B) Une aide à la modernisation et à l’informatisation

Une aide à la modernisation et à l’informatisation est mise en place. D’un montant de 490 €, elle regroupe les différentes aides à la télétransmission versées auparavant (aide à la télétransmission, aide à la maintenance, aide SCOR). Elle sera versée à l’infirmier, en contrepartie du respect de certains engagements :

  • l’utilisation d’un logiciel DMP-compatible ;
  • d’une messagerie sécurisée ;
  • atteindre un taux de télétransmission supérieur ou égal à 70 % ;
  • utilisation de SCOR ;
  • utilisation d’une version de logiciel de facturation Sesam Vitale à jour.

L’aide prévoit un indicateur bonus sur l’exercice coordonné (aide supplémentaire de 100 € si l’infirmier est impliqué dans la prise en charge coordonnée des patient (équipe de soins primaires, maison de santé pluriprofessionnelle, communauté professionnelle territoriale de santé ou d’autres formes d’organisations pluriprofessionnelles capables d’apporter une réponse coordonnée de proximité aux besoins de prise en charge des patients).

L’aide prévoit également des indicateurs optionnels :

  • l’infirmier impliqué dans la réalisation d’actes de téléconsultation pourra percevoir, en sus, une aide financière à l’équipement de vidéotransmission (350 €/an) ou en appareils médicaux connectés (175 €/an) ;
  • l’infirmier impliqué dans le déploiement du Dossier Médical Partagé pourra percevoir, en sus, une aide financière valorisant chaque ouverture de dossier à hauteur de 1 €.

 

En quoi Amedia Solutions & Iptis sont utiles en la matière ?

La télémédecine oblige les professionnels de santé à s'équiper avec du matériel adapté mais aussi et surtout  de disposer d'une connexion Internet de qualité permettant de réaliser les consultations à distance dans de bonnes conditions : pas de coupure, pas d'image de mauvaise qualité, ... Dans ce cadre l'offre Fibre PRO Iptis est totalement adaptée et permettra aux professionnels de santé de bénéficier d'une connexion stable de qualité !